All for Joomla All for Webmasters
Léon Juste Ibombo : « Si nous arrivons à connecter ne fusse que 10% des ménages, nous contribuerons au PIB de l’Etat à hauteur de 5 points de croissance »

Connect News : Monsieur le ministre, l’Assemblée Nationale vient d’adopter le financement de la 3e phase du Projet de Couverture Nationale (PCN). Pouvez-vous nous dire en quoi consiste cette phase ?

Léon Juste Ibombo : Il convient d’abord de rappeler que la 1ère phase du Projet de Couverture Nationale nous a permis de déployer les infrastructures très haut débit dans les grands centres urbains à savoir Brazzaville, Pointe-Noire jusqu’ à Oyo et ensuite nous avons procédé à la mise en place des boucles métropolitaines afin que notre opérateur historique, Congo Télécom, rende cela opérationnel. Aujourd’hui à travers le WACS, nous avons une sortie internationale qui permet au Congo d’être connecté aux autoroutes de l’information et de la communication et grâce à cette infrastructure, les opérateurs peuvent mettre en place la 4G.

Cette 3e phase du PCN, que nous appelons « the last mile », et dont  le financement a été adopté par l’Assemblée Nationale, est celle qui permet de connecter les entreprises et les ménages congolais à la fibre optique. Il faut relever que depuis le déploiement de la fibre optique, les ménages ne profitent pas des avantages de cette infrastructure alors que parmi les objectifs préalablement définis, il y avait la connexion de ces ménages.

Grace à l’adoption du financement de cette 3è phase par  l’Assemblée Nationale et à l’apport de notre partenaire technique Huawei, qui nous accompagne depuis la 1ère phase, nous allons enfin lancer les travaux de cette dernière étape. Une fois les travaux terminés, la fibre optique apportera dans les ménages la solution triple play, c'est-à-dire la TNT, la téléphonie et l’internet. Il faut reconnaitre que des investissements lourds ont été consentis par le gouvernement et selon une étude effectuée par la Banque Mondiale, il est dit que si nous arrivons à connecter ne fusse que 10% de ménages, qui paieront des abonnements, nous contribuerons au PIB de l’Etat à hauteur de 5 points de croissance.  Nous pourrons alors parler de retour sur investissement.

CN : En 2016 Congo Télécom avait déjà annoncé une connexion des ménages à la fibre optique notamment dans la ville de Brazzaville. Aujourd’hui, l’annonce de cette 3è phase du PCN met le public congolais dans une certaine confusion. Pouvez-vous nous éclaircir sur ce point ?

LJI : Lorsque nous avons pris les rênes de ce ministère, nous avons prescrit à Congo Télécom de tout faire pour pouvoir rentabiliser ses infrastructures déployées et qui ont nécessitées un investissement conséquent sous l’impulsion du Chef de l’Etat. Pourquoi cette exigence ? Simplement parce que nous avons remarqué que ces infrastructures sont sous-utilisées, il manque notamment du contenu. C’est comme une autoroute que nous avons construite avec des péages mais qui n’est pas exploitée. Congo Télécom en lançant cette opération avait conscience des moyens financiers et techniques considérables nécessaires pour aller jusqu’au terme de celle-ci et que nous n’avions pas au départ, mais il fallait montrer au public et aux partenaires qu’il était possible de connecter les ménages à la fibre optique. C’est ainsi que nous nous sommes battu pour que l’assemblée nationale adopte le financement de cette 3è phase.

CN : Le Sénat a également adopté à l'unanimité 2 projets de lois relatifs au secteur des télécommunications en République du Congo, pouvez-vous nous parler de ces lois et de ce qu’elles vont changer dans ce secteur ?

LJI : Le Congo doit être connecté aux autoroutes de l’information et de la communication. A cet effet, nous devons avoir plusieurs sorties WACS afin d’éviter qu’on connaisse une fois de plus un black-out comme celui de la dernière fois. C’est ainsi que dans le cadre du projet CAB nous serons interconnecté avec le Gabon outre l’interconnexion avec la RDC à travers le câble sous-fluviale qui ne nous donne pas toutes les capacités en terme de data. En ce qui concerne l’interconnexion avec le Gabon, les travaux de génie civil sont achevés et il ne nous reste plus qu’à mettre les équipements actifs afin qu’elle soit fonctionnelle. Ceci permettra au Congo en cas de coupure de la fibre optique de bénéficier de cette interconnexion avec le Gabon. Outre le projet CAB, nous avons aussi une convention avec la BAD pour interconnecter le Congo au Cameroun et à la RCA ce qui permettra au Congo d’avoir plusieurs sorties internationales.

CN : Pensez-vous que la République du Congo a véritablement les moyens de mettre en place une économie numérique ?

LJI : On ne peut pas prétendre parler de développement de l’économie numérique sans infrastructures ce dont dispose déjà le Congo. Et quand le président Denis Sassou Nguesso dans son projet de société rappelle qu’il faille «Arrimer le Congo au développement de l’économie numérique », c’est au regard de la base infrastructurelle qui existe. Aujourd’hui, nous disposons de la fibre optique à très haut débit. Il faut maintenant créer des opportunités afin que cette infrastructure soit utilisée. D’où le lancement de cette 3è phase du PCN c'est-à-dire la connexion des ménages. Aussi, nous envisageons de mettre en place le fond du numérique afin de favoriser la création des incubateurs.

Nous devons maintenant avoir une base institutionnelle, des lois nécessaires qui régissent ce secteur à savoir la cybercriminalité, la cryptologie, la protection des données personnelles… dans le projet avec la BAD nous allons mettre en place un data center afin de pouvoir stocker nos données et un incubateur. Nous pensons pouvoir y arriver parce que l’infrastructure est là.

CN : Un dernier mot pour clore cet entretien ?

LJI : Nous voulons d’abord remercier le Président de la République pour la confiance renouvelée, et nous prenons l’engament de ménager aucun effort afin que le Congo accède réellement à la société de l’information et de la communication. Nous allons travailler afin que les revenus du secteur augmentent dans l’optique d’atteindre la diversification de l’économie nationale, vision chère au Chef de l’Etat.

Dernière modification le mercredi, 01 août 2018 16:23

Partagez cet article avec:

logo footer

Connect-news est Le magazine des TIC pour l'Afrique. Suivez l’actualité de l’internet, des télécommunications et de l'économie numérique du continent.

Contacts

Connect-news

Téléphone :

+242 05 699 98 02
+242 05 699 98 05

Email:

redaction@connect-news.cg

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…