All for Joomla All for Webmasters
Congo-Fibre optique : Etat des lieux et perspectives

L’atterrage du câble sous-marin (fibre optique) dans la localité de Matombi le 29 janvier 2011, laissait présager une véritable révolution technologique en République du Congo vues les attentes des congolais sur l’accessibilité et la disponibilité de l’internet. Cependant, cinq années après le lancement de cette initiative marquant une étape cruciale dans le processus de connexion aux autoroutes de l’information et de la communication, où en est la République du Congo dans cette démarche visant la vulgarisation de l’internet auprès des différentes couches sociales de la population?

Dans le souci d'arrimer le Congo à la modernité et de rendre accessibles au grand public les technologies du numérique notamment l'Internet, le Gouvernement congolais s'est résolument engagé dans une stratégie de déploiement des infrastructures de télécommunications de très haut débit en République du Congo. Cette stratégie s’articule autour d'un projet de réalisation d'un backbone national en fibre optique (Projet de Couverture Nationale) et à son interconnexion avec les pays limitrophes (Projet CAB-CIT CG) ainsi qu'avec le réseau mondial à fibre optique West Africa Cable System (projet de câbles sous-marins WACS).

Initié en 2007, en partenariat avec la Banque Africaine de Développement (BAD), le projet Central African Backbone (CAB) prévoit le maillage de chaque pays d’Afrique centrale en fibre optique, puis une interconnexion des pays de la sous-région par l’infrastructure haut débit. Au total, la BAD et ses partenaires contribuent à mettre en réseau près de onze pays d'Afrique centrale. La mise en œuvre de ce projet en République du Congo (CAB-CIT CG) se décline en quatre composantes à savoir, (i) environnement sectoriel ; (ii) connectivité ; (iii) Technologie de l'Information et de la Communication et (iv) gestion de projet. Sur les 504 km à réaliser entre Pointe-Noire et Mbinda (frontière avec le Gabon) il ne reste que 10 km de piste à creuser. La partie fourniture en équipements actifs pourrait intervenir avant la fin de l’année 2016.
L’exploitation de ce réseau une fois les travaux de déploiement terminés, favorisera la diversification de l’économie congolaise, la création de plusieurs emplois et la contribution au PIB national. Le projet pourra également faciliter l’interconnexion entre les gares du Chemin de fer Congo océan (CFCO).

Sur le plan national, le Projet de Couverture National en Télécommunications (PCN), visant la modernisation du réseau national de télécommunications a été mis en place. Il comprend trois volets : commutation, transport et accès local. Le PCN a pour Objectif de couvrir l’ensemble du pays en infrastructures de télécommunications soutenues par une épine dorsale à fibre optique. Aujourd’hui, les deux 1ères phases de ce projet consacrées à la couverture des villes de Brazzaville, Pointe-Noire et Oyo ont été achevées. La 3e et dernière phase de ce projet, qui consiste à distribuer à grande échelle les services de communications électroniques à travers la fibre optique a déjà été lancée.

Il sied de retenir qu’au delà des difficultés rencontrées pour l’exécution de ce projet, la société Congo Télécom qui exploite le réseau mis en place par la Délégation Générale des Grands Travaux (DGGT), procède depuis peu à l’installation de la fibre optique dans certains foyers congolais. Cette opération a démarré à Brazzaville et va se poursuivre sur toute l’étendue du territoire. Au déploiement de la fibre optique au Congo est liée l’épineuse question de la gestion de cette infrastructure cruciale sur la diversification de l’économie nationale. En effet, en 2014 le Ministère des Postes et Télécommunications avait proposé la création de la Société du Patrimoine National (SPN) chargée de gérer la fibre optique. Une idée rejetée par Congo Télécom qui considérait la fibre optique comme la colonne vertébrale de ses activités. Le débat sur la gestion de la fibre peut être considéré aujourd’hui comme l’un des freins à son déploiement domestique au Congo.

L’intérêt porté par les congolais à l’utilisation de l’internet est de plus en plus grand. Les investissements importants consentis par le Gouvernement congolais pour vulgariser l’internet auprès des populations traduisent la volonté du Congo de s’arrimer à cette technologie mais ne sont pas encore à la hauteur des attentes des populations. Les coûts sont encore prohibitifs pour les consommateurs et les accidents observés sur le tracé de la fibre optique ne permettent un usage optimal de l’internet. Toutefois, l’existence d’une stratégie et d’un véritable engagement politique pour permettre aux congolais d’accéder massivement aux autoroutes de l’information et de la communication laissent augurer des perspectives intéressantes pour les congolais.


Partagez cet article avec:

logo footer

Connect-news est Le magazine des TIC pour l'Afrique. Suivez l’actualité de l’internet, des télécommunications et de l'économie numérique du continent.

Contacts

Connect-news

Téléphone :

+242 05 699 98 02
+242 05 699 98 05

Email:

redaction@connect-news.cg

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…